↑ Revenir à Articles

Imprimer ce Page

Concept d’harmonisation ACMOS

Dans le cadre de l’harmonisation ACMOS, plusieurs techniques sont employées pour intégrer l’information contribuant à l’équilibre dans le corps. La connaissance élargie de l’homme et de la nature d’une part, et de leurs relations d’autre part, constituent le fondement de l’étude des substances ACMOS et de leurs métamorphoses, et jouent un rôle décisif dans le développement des harmonies ACMOS et de leurs principes d’application, à savoir : par Acmodynamisation ou transfert énergétique, par absorption ou par renforcement. Ce nouveau concept mis au point par le Centre de Recherche SBJ International révolutionnera les techniques de la prise des substances dans la médecine de demain.

Ce qui distingue les produits harmoniques ACMOS des autres, se situe au niveau de la conception de la substance de base et de celle du processus de transformation, tous deux soumis à des critères de qualité dépassant largement ceux des sciences de la nature.

Dans les concepts scientifiques traditionnels, la qualité d’une substance médicinale se résume à la somme de ses composants physiques et chimiques, indépendamment de son origine, de son devenir antérieur ou de son évolution future. Cette conception est juste et suffisante pour les disciplines scientifiques qui raisonnent exclusivement en termes de chiffres. Dans ce cas, la substance n’a pas d’histoire (de biographie), c’est un produit fini sans passé qui peut être à tout moment remplacé par un autre, de formule et de structure identiques. Cette manière de voir conduit à penser que la substance naturelle et son homologue synthétique sont identiques du point de vue de leur formule et de leur structure, ce qui n’est pas le cas dans la vision plus large de l’énergie.

QUALITÉ « BIO » MATIÈRE ET QUALITÉ « BIO » ÉNERGÉTIQUE

Dans cette optique, il est tenu compte de la qualité énergétique de la plante, où du minéral, qui a participé à la formation de la substance active. La conception totalement nouvelle selon laquelle les substances “inertes” d’aujourd’hui ontjadis été constitutives, à l’origine d’un organisme énergétique, que ce soit dans le corps vivant d’une plante, l’organisme animé d’un animal, ou même le corps pénétré d’esprit d’un être humain, a des conséquences insoupçonnées. Ce fait connaît des applications pratiques en agriculture bio-dynamique. Le sort d’une substance détermine donc sa qualité, en fait sa qualité globale. Toutefois, les critères de qualité des sciences de la nature ne s’appuyant que sur les aspects physico-chimiques manifestes et perceptibles par les sens, au détriment de la qualité essentielle du phénomène qui est énergétique.

Les sciences de la nature ne prennent en considération que la nature telle qu’elle est devenue et telle que les sens la perçoivent. Elles considèrent que, comme en mathématique, physique et chimie, le tout est la résultante des parties. Les lois de la physique et de la chimie s’appliquent sans restriction au niveau physique (inerte). Le processus d’analyse permet de collecter des informations sur toutes les dimensions et les grandeurs susceptibles d’être chiffrées, c’est-à-dire sur des quantités. On oublie généralement ce fait. Pour cette partie de la qualité globale, nous avons adopté le terme de qualité «matière». Les données du protocole d’analyse constituent des matériaux dont I’agencement permet, par une vision synthétique, d’avoir une image de la qualité technique de la substance ou même de l’appareil. Mais l’homme a tout à fait la faculté d’élargir sa conscience de la qualité et de dépasser cette approche partielle pour intégrer une qualité que nous qualifierons de «centripète» énergétique selon ACMOS. Goethe en a parlé dans ces termes:

“La capacité d’anoblir tout ce qui est du ressort des sens ainsi que d’animer par l’idée, même la substance la plus morte, est la meilleure preuve de notre origine suprasensible.”

Celui qui rejette l’idée d’une origine suprasensible de l’homme ne se souciera sans doute pas non plus du goût d’une pomme ou de la façon de jouer d’un artiste. Le chimiste peut tout à fait délivrer un certificat de première qualité «Bio» à une certaine variété de pommes, mais il est une chose que tous les chimistes réunis ne peuvent faire, c’est garantir que la pomme est « Bio» dans sa qualité vibratoire, à moins d’avoir accès à tous les moyens de mesure et de vérification que la Méthode ACMOS met à la disposition de tout un chacun.

PROCESSUS DE TRANSFORMATION NATUREL

Les produits ACMOS sont réalisés essentiellement à partir de matières premières naturelles. Pour les fournisseurs de ces matières premières provenant de la nature cela signifie répondre à un cahier de charge très exigeant pour atteindre une haute qualité vibratoire du produit finiACMOS, une qualité impérativement durable dans le temps.

Le processus de transformation de la substance première est considéré comme un travail avec la nature en devenir. La connaissance de cette substance et ses rapports avec l’équilibre énergétique global de l’être permet au processus naturel de se dépasser lui-même, de se transformer et finalement de s’intégrer au produit fini ACMOS : de tels procédés ne peuvent jamais être rapides, ni agressifs. Les considérations «matière»s sont traitées uniquement par multiplication des fournisseurs des matières premières pouvant répondre aux exigences minimales

Lien Permanent pour cet article : http://www.apma-bioenergie-acmos.fr/articles/concept-dharmonisation-acmos/